Des femmes autonomes pour des communautés cacaoyères plus durables

Les femmes peuvent accélérer les changements et sont essentielles pour la prospérité des communautés cacaoyères. Les responsabiliser à un niveau individuel, familial et communautaire renforce l’impact que nous avons avec Cocoa Life. Nous pensons que l’égalité entre les femmes et les hommes profite à tous. C’est pourquoi encourager l’émancipation des femmes est un des principes de notre programme sur les trois zones d’intervention clés.

Emanciper les femmes
Le problème
L'inégalité des sexes
womens meeting

Des écarts frappants entre hommes et femmes existent dans les communautés cacaoyères :

  • Revenus inférieurs : les cultivatrices gagnent 25 %-30 % de moins que les hommes au Ghana et jusqu’à 70 % de moins en Côte d'Ivoire
  • Moins d’accès à la formation : les femmes luttent souvent pour avoir accès à la formation et à l’éducation qui les aident à comprendre comment améliorer leur situation et devenir plus autonomes au sein de la famille et dans la communauté.
  • Moins d’autonomie économique : les femmes font face à de plus grands défis que les hommes pour arriver à une autonomie économique et des conditions de vie durables. Les obstacles résident dans l’accès au financement, aux intrants agricoles et la participation dans les collectivités agricoles et les coopératives.
  • Moins de propriété : les femmes assurent 40 % du travail dans les plantations de cacao mais elles ne possèdent que 2 % des terres et sont exclues des formations, selon nos recherches.
  • Pouvoir de décision : les femmes ne possèdent souvent aucun pouvoir de décision dans la famille, dans la communauté, le district et au niveau national et sont souvent sous-représentées dans les postes de direction. Les femmes se voient souvent refuser le droit de décider quand et comment surmonter les défis.


Un rôle vital dans des communautés durables

Les femmes jouent un rôle vital dans la culture du cacao mais souvent sans aucune reconnaissance. Les femmes cultivent le changement dans leurs communautés, dans l’exploitation et avec leurs enfants. Ce que nous avons constaté :

  • Les femmes jouent un rôle au-delà du cacao ; elles cultivent d’autres plantes pour la consommation domestique comme le yam, le cocoyam, le manioc et le plantain
  • Il y a une forte relation entre l’émancipation des femmes, l’éducation et le développement des enfants
  • Accroître l’engagement des femmes et leur pouvoir de décision favorise des communautés plus durables

Notre stratégie
community village woman

L’émancipation des femmes est primordiale. Nous portons volontairement notre attention sur le développement des femmes car cela crée un impact positif sur leurs communautés. En cohérence avec notre stratégie mondiale, nous avons des plans d’action pour contribuer à l’émancipation des femmes au Ghana, en Côte d’Ivoire, en Indonésie et en République dominicaine, développés grâce à notre expérience et avec l’aide de nos partenaires internationaux et locaux.

Les plans d’action définissent la manière dont nous planifions l’émancipation de plusen plus de femmes. Cela implique de les aider à mieux gérer leurs exploitations ; à jouer un rôle plus actif dans les prises de décision au niveau de la communauté ; à donner à leurs enfants une éducation de qualité ; à rendre la culture du cacao plus intéressante pour les jeunes générations ; à acquérir un esprit d’entreprise et à protéger leur environnement. En responsabilisant les femmes, nous aidons à garantir la durabilité de notre ingrédient majeur.

Voici quelques actions concrètes réalisées :

  • Augmentation de l’accès des femmes aux intrants agricoles, à la propriété terrienne et à l’adhésion aux coopératives agricoles
  • Promotion des postes de direction pour les femmes faisant partie du processus des Comités de Développement Communautaire et du Plan d’Action Communautaire, pour atteindre un objectif de 30 % de représentantes
  • Garantie d’une participation de 50 % de jeunes femmes (âge 15+) dans des programmes s’adressant aux jeunes
  • Aider les femmes à améliorer leurs conditions de vie par l’accès au financement, aux compétences entrepreneuriales et plus

" En tant que partenaire opérationnel, j'ai pu être témoin de la façon dont la formation des femmes aux bonnes pratiques agricoles, à la gestion et à la direction de groupe les mobilise au sein de la communauté "

Rose Mensah-Kutin, Ph.D., directrice, Bureau régional Afrique de l'Ouest, ABANTU for Development

Où en sommes-nous aujourd’hui
communauté village femme

Les programmes Cocoa Life reposent sur la conviction que l’émancipation des femmes dans les communautés cacaoyères favorise une meilleure gestion des finances familiales, un meilleur taux de scolarisation des enfants, plus de revenus issus d’autres sources que le cacao et des communautés plus prospères et durables. Nous travaillons sans relâche pour développer des solutions nouvelles en faveur de l’émancipation des femmes, avec des partenaires anciens et nouveaux, pour en faire profiter les communautés cacaoyères.

Jusqu’à présent, nous avons touchés les femmes dans plus de 1 000 communautés cacaoyères. Nous avons permis aux femmes d’avoir un meilleur accès aux ressources budgétaires et de production et plus de contrôle en la matière, nous avons renforcé leur capacité à diriger leur communauté et nous avons fait entendre leurs voix, résultant dans des échos positifs pour les femmes et leurs communautés. Le programme fournit chaque année à 50 000 femmes des financements pour payer la scolarité des enfants et encourager l’entrepreunariat, pour leur donner une voix et révéler leur potentiel. 74 318 membres de communautés ont été formés à fin 2018 pour contribuer à changer les perceptions, les attitudes et les comportements, et au final aider à surmonter l’inégalité entre hommes et femmes.

De plus, CARE International a fait état de nombreux bienfaits de Cocoa Life au Ghana et en Côte d'Ivoire :

  • Augmentation des rendements en cacao (jusqu’à multiplié par 2) résultant du meilleur accès des femmes à la formation
  • Amélioration des connaissances financières, de la résilience et des revenus des manéges
  • Plus d’épargne et en conséquence d’investissement dans l’exploitation et l’éducation des enfants
  • Plus de participation et de prise de décision au niveau communautaire et national
  • Mobilisation de bénévoles pour l’émancipation féminine (Women Extension Volunteers) qui transmettent à d’autres femmes de la communauté ce qu’elles ont appris au cours des formations Cocoa Life

Des bienfaits comparables ont été observés en Indonésie.

" Des recherches montrent que plus l'implication des femmes est grande, et plus on voit une amélioration de la gestion financière chez les planteurs, de l'éducation des jeunes et des communautés durables et prospères. C'est pourquoi Cocoa Life promeut l'émancipation des femmes et œuvre à renforcer leur impact dans le secteur du cacao depuis 2008. "

Margreet Groot, Lead, Emancipation des Femmes, Cocoa Life, Mondelēz International

Accès au financement

La sécurité financière n'est pas à la portée des planteurs de cacao, et encore moins des femmes. Ceci étant dû à des revenus bas et instables ainsi qu’à un manque d'accès aux services bancaires. Cocoa Life coopère avec CARE International et d'autres ONG pour fournir des Associations Villageoises d'Épargne et de Crédit (AVEC) comme ressource pour les communautés cacaoyères au Ghana. Les adhérents AVEC peuvent épargner ensemble et faire des emprunts.

Partout, les AVEC aident les communautés à prospérer. En plus de renforcer la culture de l'épargne, l'indépendance financière et les capacités de gestion, elles sont un moteur clé pour autonomiser les femmes sur le plan économique. 70 % des adhérents AVEC sont des femmes. Beaucoup choisissent d'investir dans leurs exploitations et dans l'éducation de leurs enfants.

Responsabilisation verte

En partenariat avec Impactum et CARE International, Cocoa Life travaille sur un projet pilote pour les femmes de la région de Nawa en Côte d'Ivoire, en les aidant à gagner leur vie tout en préservant l'environnement. Les femmes sont très conscientes des effets du changement climatique et sont souvent les premières concernées, surtout lorsqu'elles tentent d'assurer la sécurité alimentaire de leurs foyers. Le changement climatique rend l'accès à l'eau, à la nourriture, au bois de chauffage et aux plantes médicinales très difficile pour les femmes.

Six AVEC formées de femmes sont reliées à trois pépinières. Nous fournissons les jeunes pousses pour le bois de construction et les arbres alimentaires qui dispensent l'ombre nécessaire aux cacaotiers. Les femmes sont formées aux techniques de production des arbres et gèrent les pépinières. Une fois que les semis ont poussé, les plants sont vendus et le produit revient aux AVEC.